Aujourd’hui en Europe – mardi 18 octobre 2022

Écrit par sur 18 octobre 2022

– L’UE s’engage dans la formation militaire de 15 000 soldats ukrainiens
– Blocage de certains États pour le prolongement de l’utilisation du Glyphosate en Europe
– Nouveau gouvernement en Suède avec l’appui de l’extrême droite

Bonjour à tous et à toutes, bonjour Laura. Débutons ce journal en évoquant le nouvel engagement de l’UE envers l’Ukraine. Les ministres européens des Affaires étrangères se sont réunis ce lundi 17 octobre à Luxembourg pour statuer sur le lancement de la mission d’assistance à la formation des militaires ukrainiens. La mission baptisée “EUNAM Ukraine” prévoit la formation de 15.000 soldats ukrainiens et l’octroi d’une nouvelle dotation de 500 millions d’euros pour la fourniture d’armes. 


Bonjour Raphaël, oui, après les fournitures d’armes, l’UE passe à la vitesse supérieure en proposant ce vaste programme de formation militaire sur son territoire. L’objectif est de prodiguer une formation de base à 12 000 soldats ukrainiens et des formations spécialisées à 2 800 autres. Cette opération sera menée en coordination avec les pays alliés, à savoir le Royaume-Uni, le Canada et les Etats-Unis qui assureront également les entraînements.


Le coût commun de “EUNAM Ukraine” s’élèverait de 50 à 60 millions d’euros par an 


Oui Raphaël, “Commun” car le financement de cette opération sera prélevé sur le dispositif de facilité européenne pour la paix (FEP), doté d’un budget intergouvernemental de 7 milliards d’euros prévus pour la période 2021-2027. Au total, ce sont déjà pas moins de 3,1 milliards d’euros qui ont été prélevés sur la FEP pour l’Ukraine, soit la moitié du montant total. 


Un octroi d’un nouveau financement de 500 millions d’euros de la FEP pour les armements qui devrait notamment contribuer à lutter contre les drones utilisés par les Russes


En effet Raphael, l’utilisation de drones font actuellement beaucoup de dégâts et sont largement utilisés par les Russes. Kiev a d’ailleurs été attaquée par ces “drones kamikazes” ce lundi, des attaques qui ont provoqué la mort de 6 personnes. La livraison de plusieurs dispositifs de défense antiaérienne devrait limiter la portée de cette menace.


Un renforcement de l’armée ukrainienne qui s’inscrit dans un contexte de tension nucléaire 


Oui, si les premières discussions au sujet de ce programme de formation datent du mois d’août, la mise sur pied définitive de cette mission ce lundi fait suite aux annexions illégales des régions ukrainiennes et aux menaces d’utilisation de la force nucléaire par Vladimir Poutine. A ce titre, Josep Borrell a expliqué que toute attaque nucléaire de la Russie sur l’Ukraine entraînerait, de la part des Occidentaux, une réponse militaire « si puissante que l’armée russe sera anéantie ».


_____

Continuons ce tour de l’actualité en parlant d’écologie. Le prolongement de l’utilisation du glyphosate ne fait pas l’unanimité en Europe. Cette molécule utilisée pour l’agriculture et l’horticulture reste hautement controversée, non seulement pour ses effets cancérigènes mais aussi pour ses effets nocifs sur l’environnement. 

Effectivement, alors que l’autorisation actuelle de l’UE pour le glyphosate devait expirer à la mi-décembre 2022, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a fait savoir qu’elle nécessiterait un délai plus large pour réévaluer le pesticide, repoussant la date butoir à juillet 2023. Le renouvellement proposé par la Commission et soumis aux Etats membres n’a pas fait l’unanimité. La France, l’Allemagne et la Slovénie se sont abstenus alors que le Luxembourg, la Croatie et Malte ont marqué leurs oppositions. 

Le prolongement du glyphosate n’est pas une bonne nouvelle pour les initiateurs européens qui soutiennent le projet de la “ferme à table”, un projet prévoyant une diminution de 50% des pesticides d’ici 2030. 

Oui, mais dans les faits, ce projet risque d’être plus compliqué que prévu. Et pour cause, la commission européenne n’entend pas laisser l’affaire telle quelle et va soumettre un passage en comité d’appel pour revoir cette décision. Là encore, si la procédure n’aboutit à aucune majorité avec un taux d’abstention trop élevé, la question du prolongement du glyphosate pourra être approuvée directement par le collège des commissaires.

Il faut dire que ce n’est pas la première fois que l’Europe repousse l’interdiction du glyphosate.

C’est vrai, en 2017, la commission avait déjà renouvelé l’utilisation de ce pesticide pour cinq ans. L’agence responsable de l’évaluation des pesticides pour l’UE avait jugé le glyphosate comme non cancérogène. Et c’est d’ailleurs parce que l’ESFA a repoussé sa nouvelle enquête sur le glyphosate à juillet 2023 que la question d’un prolongement se pose.

______


Terminons ce journal en revenant sur la montée de l’extrême droite en Europe, et plus précisément en Suède. Le conservateur Ulf Kristersson a été désigné Premier ministre à 176 voix pour et 173 contre. Un résultat possible par un rapprochement entre la droite libérale conservatrice et les Démocrates de Suède (DS)

Tout à fait Raphaël. Il faut avant tout préciser que l’arrivée au pouvoir des Modérés, parti de droite, met fin à huit ans de stabilité politique avec la gauche sociale-démocrate suédoise des travailleurs. Et si le premier ministre avait promis de ne jamais serrer la main de l’extrême droite, c’est finalement grâce à elle qu’il accède au poste de premier ministre. Et même si le parti Démocrates de Suède ne figurera pas au gouvernement, son influence devrait être importante pour les décisions à venir.

Mais si les postes au gouvernement n’incluent que les Modérés, les Chrétiens-démocrates et les Libéraux, comment le parti extrémiste des Démocrates de Suède, va-t-il exprimer ses idées ?

Bien qu’ils ne fassent pas partie du gouvernement, un accord a été trouvé entre les quatre partis de droite pour inclure les idées des DS. Ils travailleront conjointement à l’élaboration du budget. 

On peut donc dire qu’ils seront impliqués à tous les niveaux dans les travaux du gouvernement. Un accord entre les quatre partis couvre principalement six domaines, dont la santé, l’école, la croissance et l’économie des ménages, la criminalité, l’immigration et l’intégration, et enfin le climat et l’énergie.

Exactement Raphaël. Si l’on regarde les questions d’immigration, l’accord s’aligne avec les exigences des Démocrates de Suèdes et engage un changement fort avec la politique actuelle puisque Stockholm n’accueillera plus que 900 réfugiés par an – autant dire, le minimum imposé par l’Union Européenne – contre 6 400 cette année. Autre point important pour les DS : la baisse d’indemnisation sur les allocations chômage voulue par le premier ministre rencontrait une opposition du parti d’extrême droite. Le parti, qui se décrit comme “social-conservateur”, aura eu gain de cause.

Merci Laura et merci à tous pour votre attention ! 
Raphaël Ligot et Laura LEGER

En ce moment

Titre

Artiste