BYE BYE BIBI – L’HUMEUR EUROPÉENNE DE BERNARD GUETTA

Écrit par sur 2 juin 2021

Ce qui se cherche en Israël n’est pas qu’israélien. C’est également hongrois, américain, russe, international en un mot, car derrière cette tentative de substituer à l’inamovible Benjamin Netanyahou une « coalition du changement » regroupant tous les partis à l’exception du sien, il y a l’indispensable quête de renouveau exigée par le bouleversement général des frontières politiques.

Prenons la Hongrie. A Budapest comme à Tel Aviv, règnent depuis plus d’une décennie des Premiers ministres autoritaires et d’ailleurs très proches qui avaient assis leur pérennité sur la dispersion des forces d’opposition et l’affirmation d’une figure de père de la nation. Viktor Orban se croyait aussi invincible que Benjamin Netanyahou mais vingt mois avant les Israéliens, les Hongrois ont inventé le tous contre un, tous unis contre Orban, et remporté les municipales de 2019 en s’adjugeant les dix premières villes du pays. De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, ce succès a si bien soudé les opposants qu’il n’est plus impossible qu’ils mettent Viktor Orban à la retraite aux législatives de l’année prochaine et qui, aux Etats-Unis, a battu Donald Trump ?

La suite de l’humeur européenne de Bernard Guetta est à lire ici

Toutes les humeurs européennes de Bernard Guetta sont à retrouver juste ici


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



[Il n'y a pas de stations de radio dans la base de données]