AUJOURD’HUI EN EUROPE – MERCREDI 26 MAI

Écrit par sur 26 mai 2021

L’essentiel de l’actualité européenne du jour :

  • L’Union européenne va donner 100 millions de doses de vaccins aux pays les plus pauvres.
  • Délits de faciès : une pratique monnaie courante dans l’Union européenne.
  • Le Royaume-Uni prévoit de durcir son système d’immigration.
  • Lituanie : Les parlementaires disent non aux mariages homosexuels.

L’Union européenne va donner 100 millions de doses de vaccins aux pays les plus pauvres.

Réunis à Bruxelles pour un sommet de deux jours, les dirigeants des 27 États membres ont décidé mardi de donner au moins 100 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 aux pays les plus pauvres.

Oui dans une déclaration commune à l’issue du sommet, les dirigeants européens ont convenu qu’ils allaient je cite « faire don d’au moins 100 millions de doses d’ici la fin de l’année ». Les 27 ont tenu à rappeler que « l’UE est le premier exportateur de vaccins contre la COVID-19 vers le reste du monde et continuera d’œuvrer à l’accroissement des capacités mondiales de production de vaccins. ».

Certains y verront aussi une réponse aux États-Unis, qui ont annoncé la semaine dernière son intention d’envoyer 80 millions de doses alors que les exportations de vaccins y étaient jusque-là bloquées.

Le dossier climatique était aussi à l’ordre du jour de ce sommet européen.

En effet, les 27 s’étaient mis d’accord en décembre dernier pour réduire de 55% les émissions de CO2 d’ici à 2030 mais les discussions mardi ont illustré les divisions des Européens sur la manière de concrétiser ses objectifs.

Face aux réticences de certaines capitales européennes, les dirigeants ont signé une déclaration commune en invitant, je cite, « la Commission à présenter rapidement son ensemble de mesures législatives, accompagné d’un examen approfondi de l’impact environnemental, économique et social au niveau des États membres. ».

La Commission européenne devrait en effet présenter une douzaine de propositions à la mi-juillet pour faire baisser les émissions de l’Union.

Les 27 souhaitent donc attendre ce paquet de textes législatifs de la Commission sur le climat.

Oui, dans leur déclaration, les États membres ont indiqué qu’ils reviendront je cite « sur cette question en temps voulu après que la Commission aura présenté ses propositions. ». Cette dernière devrait notamment étendre l’actuel marché du carbone, autrement dit élargir le principe de « pollueur-payeur » où les entreprises achètent et revendent des droits à émettre.

Ce mécanisme pourrait être étendu au secteur routier ou encore des bâtiments. D’autres propositions pour faire baisser les émissions sont sur la table mais certains, avec la Pologne en tête, craignent que les pays plus pauvres de l’Union ne payent le prix fort de cette politique.

Délits de faciès : une pratique monnaie courante dans l’Union européenne.

Intéressons-nous maintenant à une enquête de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne située à Vienne en Autriche qui porte principalement sur le les délits de faciès lors des contrôles de police. Le rapport conclut que cette pratique illégale est monnaie courante dans l’Union européenne.

En effet, ce rapport publié mardi, un an jour pour jour après le meurtre de l’afro-américain George Floyd par un policier blanc, regroupe plusieurs récent sondages d’Européens interrogés sur leurs expériences lors de contrôles d’identité. L’enquête conclut que les personnes appartenant à une minorité sont plus susceptibles de se faire contrôler par les forces de l’ordre.

L’Agence européenne révèle par exemple que 34% des personnes interrogées issues de l’immigration ont fait l’objet d’un contrôle d’identité durant l’année précédente le sondage alors que ça n’a été le cas que de 14% de l’ensemble des personnes interrogées.

Et le rapport dévoile des disparités au niveau européen.

Oui, le sentiment de subir un contrôle d’identité en raison de ses origines est très fort pour les immigrés ou descendants d’immigrés d’Asie du Sud en Grèce, mis en avant par 89% des personnes concernées, mais aussi pour la communauté rom aux Pays-Bas et au Portugal selon 86 et 84% des personnes interrogées.

En France, le pourcentage de personnes qui ont fait l’objet d’un contrôle d’identité ne varie pas grandement entre les personnes issues de l’immigration et la population générale, toujours selon les résultats des sondages.

Et la perception même de la police au sein de la population diffère entre pays européens ?

Oui, 80% des européens ont indiqué avoir été contrôlés avec respect par les forces de l’ordre mais ce chiffre tombe à 46% pour ceux qui s’identifient comme appartenant à une minorité. En particulier les personnes roms en Suède, aux Pays-Bas et au Portugal.

De manière plus générale, environ 87% des personnes vivant en Finlande, en Suède et au Danemark estiment que la Police traite les gens avec respect mais ils ne sont que 47% à partager ce constat en Bulgarie et en Roumanie. En France, 59% de ceux interrogés ont indiqué que c’était le cas.

Le Royaume-Uni prévoit de durcir son système d’immigration.

Dirigeons-nous à présent vers le Royaume-Uni où la ministre de l’Intérieur britannique a présenté lundi de nouvelles mesures qui font partie intégrante de la refonte du système d’immigration.

Oui, lors de cette présentation lundi, la ministre a rappelé son ambition de durcir les contrôles aux frontières en accordant moins de droits aux demandeurs d’asile entrés illégalement au Royaume-Uni.

Il prévoit aussi l’intensification des retours, le durcissement des peines pour les passeurs ainsi que le traitement des demandes d’asile dans un pays tiers. Mais la nouveauté annoncée lundi est la numérisation de tout le système d’immigration sur le modèle des Etats-Unis.

Dans le cadre de ce nouveau système, les personnes venant au Royaume-Uni sans visa ni statut d’immigration devront demander une autorisation électronique de voyage mais son prix n’a pas été annoncé.

Lituanie : Les parlementaires disent non aux mariages homosexuels.

Terminons ce journal en revenant sur le vote autorisant les mariages de couples de même sexes en Lituanie qui a été rejeté à quelques voix près.

Tout à fait, mardi 65 parlementaires contre 63 ont rejeté en première lecture une proposition de loi autorisant les unions civiles homosexuelles. Ce texte qui avait obtenu l’aval de la Première ministre divise au sein de la coalition gouvernementale dirigée par les conservateurs et plus généralement dans la population majoritairement catholique.

Un récent sondage indique que 70% des Lituaniens s’opposent aux unions entre personne de même sexe et mi-mai des milliers de personnes s’étaient rassemblées dans la capitale contre cette proposition de loi.

Thomas Kox – Armand Duthil

Tous les journaux “Aujourd’hui en Europe” sont disponibles ici

Image de DocChewbacca sur Flickr


[Il n'y a pas de stations de radio dans la base de données]